Les défibrilateurs automatiques : une véritable innovation

Les accidents cardiovasculaires sont de plus en plus courants, et frappent parfois plus près qu’on imagine. En France seulement, ils représentent environ 50 000 cas de décès annuels. De nouveaux défibrillateurs, automatiques devraient aider à réduire d’un tiers au moins le nombre de victimes. Découvrez comment cette innovation peut aussi devenir un outil salutaire dans vos mains.

Un défibrillateur plus efficace et autonome.

Les attaques cardiaques ont plusieurs causes et sont pour la plupart imprévisibles. Toutefois, leur manifestation la plus fréquente est une contraction anarchique du cœur appelée fibrillation. Néanmoins, une décharge électrique permet généralement de « défibriez » et de ramener des battements plus réguliers.
Véritable concentré de technologie, le défibrillateur est en mesure d’analyser l’activité cardiaque, et d’administrer un choc électrique externe si nécessaire, appelée défibrillation.
À l’opposé du défibrillateur manuel qui est réservé aux professionnels de santé, il existe une catégorie qui convient à l’usage grand public. Dans cette catégorie, on distingue le défibrillateur semi-automatique (Défibrillateur Automatique Externe), qui nécessite la participation mécanique d’une personne, et le Défibrillateur Entièrement Automatisé (DEA).
Le premier demande par instruction vocale, d’appuyer le bouton qui active la décharge électrique. Le second quant à lui, lance lui-même la décharge une fois jugée nécessaire, après avertissement sonore.

Fonctionnement des défibrillateurs automatiques.

Une personne victime d’attaque cardiaque devrait faire l’objet de réanimation au plus tôt, jusqu’à l’arrivée du défibrillateur, puis des spécialistes de santé.
Après avoir dégagé les voies respiratoires en relevant la tête de la victime, le « bouche-à-bouche » et le massage cardiaque s’effectuent pour oxygéner l’organisme et augmenter les chances de survie. Un témoin peut être simultanément mis à contribution pour appeler les secours et rechercher un défibrillateur à proximité.
Une fois cet appareil mis sous tension, des instructions orales servent de guide au secouriste. L’appareil conçu pour une utilisation simplifiée, comprend un boîtier contenant le défibrillateur et des électrodes. Celles-ci s’appliquent à même la peau nue, et sèche, de la victime allongée sur un support non métallique.
Les électrodes collantes ou patchs, sont placés, l’un en dessous de la clavicule côté droit, et l’autre en dessous de l’aisselle côté gauche. Elles permettent de recueillir les informations nécessaires, par une analyse cardiaque automatique. Une fois cela fait, le défibrillateur identifie la  source  ou le type de défaillance cardiaque, et décide ou non d’impulser un choc électrique.
S’il est semi-automatique, une invite vocale demandera d’appuyer sur le bouton déclencheur, tandis que l’automatique délivre la décharge, après avertissement de s’écarter du patient. Une fois que le rythme du cœur redevient assez régulier, la phase de réanimation doit continuer jusqu’à l’arrivée des secours.
Il est rare que la victime reprenne conscience pendant ce processus, et seule 1 personne sur 5 survivra généralement à cette épreuve, malgré des secours diligents.
L’opération est à proscrire dans un véhicule en mouvement ou sous la pluie, ou dans un lieu exposé à des combustibles inflammables. Les électrodes aussi doivent rester éloignées d’éventuels pace maker et ne doivent pas se toucher entre eux.

Avantages

Les constants progrès dans le monde médical permettent aujourd’hui aux non-initiés de devenir de véritables « soignants assistés par ordinateur ». Les défibrillateurs automatiques ont grandement simplifié le processus, et dans de nombreux cas, sauvés des personnes victimes d’attaque cardiaque fatale, d’ordinaire.

Par ailleurs, leur taille réduite en facilite le transport et l’utilisation. Ils sont recommandés et bientôt exigés dans les structures publiques et privées pour un meilleur temps de réaction en cas de crise. En effet, chaque minute sans les soins adéquats, voit diminuer de 10 % environ les chances de survie d’une personne en crise.

Enfin ceux entièrement automatisés libèrent le sauveteur de la responsabilité d’appuyer sur le bouton de choc électrique. Ce frein psychologique observé les pousse à hésiter quelques instants de trop. Parfois ils sont trop distraits, et ne réagissent pas aussitôt à la consigne du défibrillateur. Ce qui nous l’avons déjà dit peut faire toute la différence.

Le futur du défibrillateur.

En raison du grand nombre de cas observés, les spécialistes de cette technologie tendent à créer des défibrillateurs automatiques implantables pour prévenir la mort subite. (internes.)

Parallèlement, des versions individuelles de défibrillateurs existent déjà pour améliorer encore plus le temps d’intervention. Ils seront utilisables pour toute la famille.
Toujours pour cet objectif de célérité, une association au drone est également évoquée dans l’intervention des secours. De fait le drone a montré sa grande utilité en matière de livraison et de services d’assistance. Il semble donc être une alternative de choix pour aider les services de santé à intervenir.

Des perspectives prometteuses dans ce secteur de la santé !