4 troubles musculo-squelettiques liés à l’informatique

Le travail sur écran avec un poste de travail inadapté ou des gestes contraints est responsable de troubles musculo-squelettiques importants et qui impactent fortement la rentabilité de l’entreprise. Voici les plus courants.

  1. La nuque, les épaules, les lombaires

Les longues postures statiques occasionnent une fatigue musculaire qui, à la longue, provoque des troubles. Ainsi, les flexions-extensions du cou pour améliorer la visibilité sur l’écran d’un PC trop bas ou trop haut favorisent l’apparition de douleurs cervicales plus ou moins importantes. Il en est de même quand les documents papier sont placés entre le clavier et l’informaticien ou l’opérateur de saisie : les épaules sont davantage sollicitées.

Une mauvaise posture, assis jambes croisées par exemple, génèrera des lombalgies. Il faudrait se forcer à poser les pieds bien à plat, se tenir bien droit et faire des pauses régulières.

  1. Les poignets, les mains

Les mouvements répétitifs sont préjudiciables au poignet et à la main. Les doigts pour cliquer sur la souris, la frappe sur le clavier, l’appui continu du poignet sur la table les contraignent. Au fil du temps, des douleurs, une sensation d’engourdissement, des picotements, une faiblesse musculaire signaleront un syndrome du canal carpien. En cause, la compression du nerf médian dans le tunnel carpien.

  1. Les genoux

La sédentarité au travail est le principal fléau. Être constamment assis devant un écran est délétère pour la santé. Le manque de sollicitation musculaire favorise la prise de poids, à terme le surpoids devient un facteur de risque important de la gonarthrose, l’usure du cartilage qui amortit les articulations. Quand les genoux deviennent douloureux, il faut alors impérativement faire un diagnostic dans une clinique orthopédique.

  1. La vue

Le travail sur écran donne au fil des heures une impression d’assèchement des yeux ou d’irritation oculaire et de picotements. Il faut dire que le muscle assure constamment la mise au point de l’image, d’où sa fatigue. Quand, en plus, l’ordinateur est placé face à une fenêtre, elle est plus rapide à s’installer du fait d’une trop grande luminosité. Il faudrait éviter au maximum les contrastes et les éblouissements en plaçant le PC perpendiculairement à la fenêtre, ou à défaut équiper la fenêtre.

Il a été démontré que les écrans LCD de grande taille avaient une image plus nette et généraient moins de reflets.

L’aménagement des postes de travail est donc essentiel dans la prévention des TMS liés au travail informatique. Fort heureusement, la plupart des employeurs en sont conscients.